Géographie de La Réunion

Vous êtes ici > Les Outremers > La Réunion > Géographie >

Une île volcanique jeune

Située dans le sud de l'Océan Indien à moins de 200 kilomètres de l'Île Maurice et à environ 700 kilomètres de Madagascar, La Réunion est à environ 9 500 kilomètres de Paris. C'est la plus jeune île de l'archipel des Mascareignes qu'elle forme avec ses voisines Maurice et Rodrigues.

L'île est née d'un volcan, le Piton des Neiges, haut de 3 070 mètres, qui a percé la croûte terrestre à 4 500 mètres de profondeur dans l'océan Indien, il y a environ 3 millions d'années. Il y a 500 000 ans, cette masse volcanique sortie de l'eau a enfanté le Piton de la Fournaise, jeune volcan actif de 2 631 mètres de haut, qui est venu augmenter le poids de l'île dont la base repose sur un tapis de sédiments marins. Cette assise n'empêche pas la croûte océanique, pourtant dotée d'une certaine souplesse, de s'enfoncer progressivement. Le Piton des Neiges s'est calmé il y a 12 000 ans, après une activité intense des deux volcans. Mais les sources thermales de Cilaos indiquent que le vieux volcan n'est pas totalement refroidi.

De par sa composition, La Réunion a un relief très accidenté même si l'érosion fait son œuvre. Cette érosion, aidée par les pluies tropicales, a creusé trois cirques naturels au sein du volcan éteint : Cilaos, Mafate, Salazie. Le reste de l'île est également très escarpé, surtout dans les Hauts où de nombreuses rivières et cascades creusent de profondes ravines verdoyantes.

Le littoral de l'île est aussi très escarpé et l'océan attaque avec violence la côte volcanique rendant la circulation très prudente par endroit. La partie orientale de l'Île est striée par de grandes coulées de lave solidifiées qui descendent jusqu'à la mer. En revanche, le littoral occidental est frangé de plages de sable blanc et de sable noir donnant sur des lagons protégés par une barrière corallienne.

Éruption du volcan du Piton de la Fournaise du 18 février 2019

Climat

Exposée aux Alizés, vent d'Est, deux zones climatiques se ditinguent. La moitié de l'île au vent, est riche en cascades et en paysages verdoyants. L'autre côté, sous le vent, est plus sec, on y trouve les plages et il y fait beau presque toute l'année. Un grand projet vise à amener les eaux du versant Est vers celui de l'Ouest.

Deux saisons sont véritablement ressenties. Il existe une période sèche, pendant « l'hiver austral » c'est-à-dire de mars à septembre, où le temps est généralement beau (16°−25 °C sur la côte). En revanche, la saison des pluies, en été, de décembre à mars (18°−33 °C sur la côte) est la période des dépressions tropicales.

Située au nord de l'île, le chef-lieu, Saint-Denis, abrite la préfecture. Les sous-préfectures sont à Saint-Pierre au sud, à Saint-Paul à l'Ouest et à Saint-Benoît à l'Est. Parmi les autres villes importantes, il y a Le Tampon, Saint-Louis, Saint-André et Le Port. Situées sur la côte ouest, les stations balnéaires les plus réputées sont à Saint-Gilles sur la commune de Saint-Paul et à Saint-Leu.

Cyclones et tempêtes

Située dans la zone de passage des cyclones tropicaux, La Réunion peut être touchée par l'un d'eux à n'importe quel stade de son développement.

En moyenne, dans le sud-ouest de l'Océan Indien, une saison cyclonique compte une douzaine de système dépressionnaires, dont neuf atteignent le stade de tempête tropicale, qui pour la moitié d'entre elles évoluent en cyclones. À La Réunion, le passage d'un cyclone est principalement synonyme de dégâts d'infrastructures. L'arrivée d'un cyclone est assortie de mesures prises par les autorités pour protéger la population.

Les cyclones génèrent une forte houle cyclonique qui les  précède de plusieurs centaines de kilomètres. Le littoral Nord et l'Est réunionnais est plus exposé à ce phénomène. Par contre, les côtes plates et basses de l'Ouest courent un risque majeur d'inondation.

Conjointement à la houle cyclonique, la pression atmosphérique très basse dans l'œil du cyclone permet à la mer de se soulever au-dessus de son niveau normal. Et les vents en rotation autour du cyclone poussent la mer en surface, ce qui entraîne une onde de tempête. Couplée à une marée haute astronomique, cela entraîne une marée de tempête. A l'Est, La Réunion est à l'abri de ce genre de débordement marin en raison du profil escarpé de ses côtes. Mais ce genre d'événement s'est déjà produit à plusieurs reprises sur la côte ouest, où les lagons et baies sont propices aux débordements.

Une perturbation tropicale peut déverser de fortes pluies en peu de temps quel que soit son stade de développement, occasionnant inondations, coulées de boues et glissements de terrains. Ces inondations sont aggravées en zone côtière par la houle cyclonique et la surcote. Dans cette configuration, des cours d'eau en crue ne peuvent alors plus s'écouler dans la mer, dont le niveau est anormalement haut, et débordent en amont, en zone urbanisée.

Enfin, dans un contexte climatique normal, les vents autour des dépressions passant entre l'Antarctique et le sud de l'océan Indien, dans les Quarantièmes rugissants, produisent la houle australe. Moins puissante que la houle cyclonique, à cause de la distance, la houle australe peut aussi causer des problèmes locaux lorsqu'elle se synchronise avec les grandes marées.

Le cyclone Berguitta proche de La Réunion le jeudi 17 janvier 2019.