Bientôt du nouveau dans le dispositif de la continuité territoriale

02/02/2020

L'aide à la continuité territoriale est un dispositif important pour les territoires ultramarins. Elle est octroyée par l'État pour faciliter les déplacements des résidents ultramarins vers l'Hexagone, dans des conditions déterminées par la collectivité, notamment lors de cas de rapatriements sanitaires, ou encore d'étudiants qui partent en mobilité.

Depuis mardi 29 janvier, un groupe de travail a été installé, un groupe de travail composé des parlementaires et présidents d'exécutifs ultramarins, de la délégation interministérielle à l'égalité des chances des Français d'Outremer et à la visibilité (DIECVI), ainsi que de représentants des administrations concernés : la direction générale des outre-mer (DGOM), l'agence de l'outre-mer pour la mobilité (LADOM), la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), Pôle Emploi et la direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Sous le pilotage de la ministre des Outremers, Annick Girardin, cette première rencontre a permis de dresser un état des lieux des dispositifs existants en matière d'aide à la continuité territoriale, de continuité funéraire, d'aide à la mobilité pour les études et d'aide à la formation professionnelle en mobilité des demandeurs d'emploi, ainsi que des principaux enjeux les concernant.

Les participants ont également pu évoquer la question de la continuité intérieure, des évacuations sanitaires, de l'accueil des étudiants ultramarins dans l'Hexagone et de l'accompagnement au retour. Les questions spécifiques à chaque territoire ultramarin ont ainsi été soulevées. Pour exemple, le président Édouard Fritch a évoqué les problématiques de continuité territoriale spécifiques à la Collectivité polynésienne, notamment la continuité intérieure, les évacuations sanitaires, la continuité funéraire et la mobilité des étudiants.

Selon Edouard Fritch, "les aides existantes avaient des seuils inadaptés aux collectivités du Pacifique, en raison d'un coût des billets d'avion trois à quatre fois plus élevé que pour les voyages depuis les Antilles. De même, les aides à la continuité funéraire sont également trop basses du fait de l'éloignement ."  Pour rappel, la Polynésie française ne peut pas fournir certains soins à ses malades, plus de 8000 personnes sont évacuées chaque année pour des traitements et des soins.

"Des travaux techniques approfondis et des échanges avec les collectivités seront menés entre février et juin 2020" a indiqué le Ministère des Outremers. Le groupe de travail se réunira au mois d'avril pour un point intermédiaire, et en juin, pour la finalisation d'une feuille de route visant à adapter les dispositifs de continuité et de mobilité outre-mer et à moderniser LADOM.


Photos : Pixabay