Coupe de France : face à Épinal, l'équipe réunionnaise de la JS Saint-Pierroise, réduite à dix, a tout donné !

17/01/2020

Grosse déception pour les cigognes d'Outremer. Malgré son élimination in extremis, ce samedi 18 janvier, par le Stade athlétique spinalien, l'équipe réunionnaise de la JS Saint-Pierroise a écrit une belle page de l'histoire du football ultramarin au sein de la Coupe de France.

Ils étaient plus déterminés que jamais, nos braves Saint-Pierrois. "On sait ce qui nous attend ici. On est prêt." confiait leur président, Luçay Arayapin. L'équipe avait bien l'intention de combler ses supporters. "On ne parle plus que de la Saint-Pierroise. On ne parle des Réunionnais. Tout le monde souhaite qu'on passe encore un tour pour les faire vibrer comme on les a fait vibrer [à Niort, ndlr]" avait-il ajouté.

Un match fort en émotions face une équipe d’Épinal qui n'avait pas l'intention de se laisser surprendre. La pression était telle que le nombre de places réservé aux supporters réunionnais qui assistaient au match avait fait l'objet d'une polémique qui s'était éteinte après l'intervention de l'entraîneur de la JSSP, Christian Dafreville, auprès des instances organisatrices du tournoi.

Nos joueurs ultramarins ont tiré une belle expérience de leur participation à cette Coupe de France dont ils étaient le petit poucet. En effet, la JS Saint-Pierroise était la seule équipe de 6e division à être encore en lice. Et ce samedi, ils affrontaient une équipe de Nationale 2.

Affronter des clubs mieux classés pouvait impressionner. Mais Christian Daffreville savait encourager ses joueurs : "Il faut continuer comme ça. Ne pas lâcher. On reste unis".

Avec une équipe amputée de son capitaine et buteur, Jean-Michel Fontaine expulsé sur carton rouge à la 15e minute de jeu après un contact au cours duquel le joueur d'Épinal Abdoulaye Niang se blesse, la JSSP tient tête à Épinal jusqu'à la fin du temps réglementaire.

"Après un contrôle un peu long, le joueur adverse me tacle, mais je le touche en retombant. Pour moi il n'y avait pas faute. Et c'est ce qu'avait dit l'arbitre dans un premier temps. Mais au vu de sa blessure au tibia et de sa sortie sur civière, l'arbitre a appliqué le règlement en m'attribuant un carton rouge. Le règlement nous a pénalisé mais on l'accepte", a déclaré Jean-Michel Fontaine.

C'est à la à la 118e minute de jeu, aux termes des prolongations, qu'Adel Berkane inscrit le but victorieux d’Épinal. Le petit poucet est éliminé par 1-0. Grosse déception pour nos valeureuses cigognes qui, malgré la fatigue qui se faisait sentir, se sont bien battues.

Le score est moins cinglant que celui du match des Guyanais du Geldar de Kourou, éliminés en 16e de finale par Nantes par 11-0 en 1989, mais le résultat est là, la Saint-Pierroise est éliminée. Malgré leur déception, les cigognes réunionnaises ont de bonnes raisons d'être fières de leur parcours. "Si on était à 11 contre 11, on aurait pu créer l'espoir" confie Jean-Michel Fontaine.

En tout cas, leur épopée en Coupe de France les a fait remarquer. Les médias locaux et nationaux ont été unanimement élogieux. Leur exploit a retentit jusqu'en Grande-Bretagne où la BBC leur a consacré un article. "Tout le monde parle de nous à la télé et dans les journaux. Ça fait plaisir." confiait le défenseur Pascal Razakanantenaina.

"On reviendra plus fort et on essaiera d'éviter ces petits détails." assure Jean-Michel Fontaire. "On remercie nos supporters. C'est grâce à eux qu'on a eu la force de surmonter les montagnes rencontrées face à Thaon et à Niort. Leur soutien nous a donné la force de continuer l'aventure."

Fiers de leur équipe, les supporters réunionnais venus des quatre coins de l'Hexagone et même de La Réunion l'ont soutenue jusqu'au bout. Malgré la déception, les messages de félicitation et de remerciement pour leur parcours  et leur combativité pleuvent sur la toile. Un séga leur est même dédié pour célébrer leur épopée.

La Réunion tout entière a suivi le match diffusé en direct dans l'île. Quant aux Réunionnais de l'Hexagone qui ne pouvaient y assister, ils ont suivi la rencontre en direct sur les chaînes payantes, ou le commentaire en ligne.