Jacques Billant, nouveau préfet de La Réunion

15/06/2019

Le 17 juin dernier, Jacques Billant est devenu officiellement le nouveau préfet de La Réunion. C'est par un dépôt de gerbes au monument aux Morts sur la place de la Victoire à Saint-Denis, en présence de nombreuses personnalités, qu'il a débuté sa prise de fonction.

Jacques Billant, fraîchement débarqué de métropole, était, jusqu'à récemment, directeur de cabinet du Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Didier Guillaume. Crise requin, leucose bovine, sécurité routière, vie chère, ce sont quelques-uns des dossiers qui attendent le nouveau Préfet, des dossiers sur lesquels ses prédécesseurs ont eu fort à faire. Il a d'ores et déjà annoncé qu'il donnerait la priorité aux sujets d'importance, tels que la lutte contre le chômage, la pauvreté, et la vie chère. Il a par ailleurs assuré qu'il mettra tout en œuvre pour que le chantier de la Nouvelle Route du Littoral aboutisse, nul doute qu'il y a du pain sur la planche pour le nouveau représentant de l'État à la Réunion.

Passionné de sports et de préhistoire, à 59 ans, Jacques Billant, originaire de Bretagne, marié et père de quatre enfants, est diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, et diplômé d'état-major. Militaire de carrière et haut fonctionnaire, Jacques Billant a occupé les fonctions de Préfet de l'Ariège, de 2009 à 2011, de la Dordogne, de 2011 à 2014, du Puy-de-Dôme de 2017 à 2018, il a ensuite rejoint le Ministère de l'Agriculture en tant que Directeur de Cabinet. Il a été décoré, au cours de sa carrière, de la légion d'honneur ainsi que de la médaille de l'Ordre National du mérite.

S'il s'agit de son premier passage à La Réunion, les territoires d'outre-mer ne sont pas inconnus du nouveau Préfet. En 2014, Jacques Billant a été nommé Préfet de Guadeloupe, et représentant de l'État dans les collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin.

"Heureux et ému d'exercer à La Réunion", un territoire qu'il ne connaissait que de réputation, Jacques Billant s'est dit prêt à prendre la succession de Amaury de Saint-Quentin, et d'assurer la continuité de l'engagement de l'État envers les Réunionnais, en travaillant en étroite collaboration avec les différents acteurs de l'économie locale.