La galette de manioc (la cassave)

10/05/2019

Venu d'Amérique du Sud, le manioc fut implanté dans les îles antillaises par les Arawaks et les Caraïbes, à l'ère pré-colombienne. Cette racine était la base de leur nourriture comme on le voit encore aujourd’hui dans les tribus d'Amérique du sud. Estimé impropre à la consommation des Blancs au 18e siècle, ces derniers donnèrent du manioc comme base de nourriture à leurs esclaves africains. Le groupe de musique Kassav' a calqué son nom sur celui de cette galette qui incarne un pan de l'histoire des Antilles.

L'appellation "cassave" désigne de manière indifférenciée, la racine de manioc elle-même et la galette faite à partir de la farine de cassave, qui peut faire office de pain.

La galette de manioc fait aujourd’hui partie de la gastronomie antillaise. Le manioc est travaillé en fine galette faite à base d'une farine trempée dans l'eau puis séchée.

Le manioc a été implanté à La Réunion au 18e siècle pour nourrir les esclaves à moindre frais. La racine est également entrée dans la gastronomie réunionnaise d’aujourd’hui avec une recette différente. A La Réunion, le manioc est râpé et transformé en petite galette sucrée cuite à l'huile. Les enfants en sont très friands à l'heure du goûter.