L'Office des postes et télécommunications de Polynésie française annonce une amélioration de la performance des câbles sous-marins pour 2020

26/01/2020

A l'occasion de la cérémonie d'atterrage du câble Manatua, le Président-directeur général de l'Office des postes et télécommunications de la Polynésie française (OPT), Jean-François Martin a évoqué les futurs développements prévus en vue d'améliorer le débit de connexion à Internet en Polynésie.

D'une part, le câble Natitua Sud vers Tubuai et Rurutu va connaître un renforcement de sa performance afin de mieux servir son réseau de distribution. L'OPT va donc allumer des capacités supplémentaires. D'autre part, le projet de câble trans-Pacifique fait l'objet de discussions plus précises avec le Gouvernement chilien.

Afin de parachever la desserte de la Polynésie, le projet Natitua Sud va déployer le câble jusqu'à Tubuai et Rurutu aux Australes, avec un calendrier de raccordement d'ici la fin de l'année 2020. Un appel d'offres va être lancé pour un coût évalué à 1,5 milliard de Fcfp, soit plus de 12 millions d'euros.

Lors de son allocution à Taravao, Dominique Sorain, le Haut-commissaire de la République en Polynésie française a insisté sur la priorité du projet : "Ça va être le dossier de l'année. Il va falloir s'en occuper."

Jean-François Martin annonce également une augmentation de la performance des câbles afin de pourvoir les îles éloignées en 4G. Les travaux prévus devraient se chiffrer en centaines de millions de Francs Pacifique.

Quant au futur câble chilien qui pourrait être le troisième câble international, le Gouvernement chilien poursuit l'étude d'un câble trans-Pacifique malgré un retard lié aux troubles intérieurs du pays. Selon Jean-François Martin, trois des six tracés potentiels identifiés passent par la Polynésie française.

Au constat des quatre années de travaux qui ont été nécessaires à la concrétisation du projet Manatua, le Président de l'OPT n'envisage pas une mise en œuvre du projet de câble chilien avant cinq ans.