Maudit ! la fiction d'Emmanuel Parraud en salle le 17 novembre

07/10/2021

"Maudit !, la nouvelle fiction réalisée par Emmanuel Parraud, que nous relations en décembre 2019, va enfin rencontrer son public. Le film sera officiellement en salles à compter du 17 novembre au Cinéma Saint-André-des-Arts à Paris 5e. Les salles de La Réunion devraient le diffuser en février 2022.

Présenté le 5 octobre lors du 6e Festival des Avant-Premières organisé du 4 au 12 octobre 2021 par l'Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (ACID), le film Maudit ! a intrigué. C'est un mélange de drame et de fantastique qui perturbe et interroge sur l'impact des croyances locales. Sujet sensible et complexe s'il en est, mais qui semble passionner Emmanuel Parraud. En effet, le réalisateur avait tenté de défricher ce champ dans son précédent long-métrage "Sac la mort", un drame social mêlant policier et fantastique. Maudit ! s'inscrit dans le même registre. L'expérience d'Alix, le personnage principal, démarre avec la mystérieuse disparition de son ami Marcellin en pleine nuit dans les hauts forestiers de La Réunion. Alix part à la recherche de son ami mais les fantômes d'un passé au traumatisme engendré par le colonialisme et l'esclavage rattrapent le jeune homme. Harcelé par des visions de poignantes scènes de vie de ses ancêtres esclaves marrons, Alix semble perdre l'esprit.

Maudit ! c'est un drame teinté d'épouvante et de fantastique. Dès les premières minutes, la musique installe une ambiance sombre. Dominant le spectateur, l'immensité du décor naturel accentue ce climat presque angoissant. Le spectateur se sent aussi angoissé que le personnage principal quand surviennent ses crises d'hallucinations. Dans la nuit, les visions montent en puissance faisant ressurgir de douloureux stigmates du colonialisme qui peuvent quelque peu choquer un public non averti. Les gros plans sur Alix, font entrer le spectateur dans son esprit et vivre avec lui ses hallucinations. Sans être un film politique, à travers l'expérience d'Alix, Maudit ! exprime la volonté de La Réunion de se libérer de son passé traumatique construit par le colonialisme et l'esclavage pour trouver sa place, son  identité propre en s'émancipant de sa relation avec l'Europe.

Féru d'authenticité, Emmanuel Parraud a choisi de confier ses rôles principaux à des Réunionnais sans expérience de comédien. Ces derniers deviennent de vrais acteurs sous sa direction, comme ici Farouk Saïdi qui livre une intense interprétation du personnage d'Alix. Cette approche confère au film un réalisme proche du reportage. Tourner en créole quand on sait que le créole est enseigné aux étudiants réunionnais et choisi comme sujet de thèse relève de la transmission de culture. Voir un film entièrement tourné en créole réunionnais en salles est exceptionnel quand on sait la rareté de ce genre d'événement dans les salles françaises. Le sous-titrage français n'entame pas la force du film qui peut ainsi toucher un public plus large. Et c'est tant mieux car faire un film sans moyen, ou à peine, relève de la gageure. Et comme beaucoup d'auteurs engagés, Emmanuel Parraud sait bien ce que c'est que de faire un film sans moyen !

Pourquoi La Réunion ?

Après "Avant-Poste" en 2009 et "Sac la mort" en 2016, tous deux présentés à l'Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion (ACID) à Cannes, il tourne Maudit ! est son troisième long-métrage quasiment dans les mêmes conditions. En terminant le tournage d"Avant-Poste" à La Réunion en 2009, Emmanuel Parraud tombe amoureux du majestueux décor naturel de l'île et se passionne pour son passé douloureux encore bien vivant. Depuis, c'est principalement à La Réunion qu'il tourne ses films. Emmanuel Parraud travaille actuellement à la préparation de deux autres long-métrages. Dans Maire ou Jamais, nous retrouverons à La Réunion Patrice et Charles-Henri les deux protagonistes principaux de Sac la mort. Le second, Le Point Gris se déroulera en Guyane.

  • Réalisateur : Emmanuel Parraud
  • Distribution : Patrice Planesse, Charles-Henri Lamonge, Farouk Saidi , Aldo Dolphin, Marie Lanfroy, Jean-Denis Dieusolage
  • Genre : Épouvante-horreur, Drame fantastique
  • Nationalité : Français
  • Distributeur : DHR - A Vif Cinémas
  • Durée : 1h17mn
  • Date de sortie : 17novembre 2021
  • Empruntant au genre fantastique et au récit expérimental, ce drôle d'ovni cinématographique s'attaque, non sans risque de radicalité, à l'effroi d'une île, la Réunion, qui règle ses comptes avec son passé colonialiste.

    Critique : Faire du cinéma sans moyen, ou à peine, relève de la gageure. Pour son troisième long-métrage, Emmanuel Parraud emmène ainsi sa caméra au sein des paysages forestiers de la Réunion. Le cinéma s'aventure peu sur cette terre lointaine, réservant les clichés au tourisme ou au fantasme d'un ailleurs, forcément plus enchanteur que notre quotidien. Les images du metteur en scène donnent à voir un dénuement économique total, un climat poisseux, où l'humidité côtoie la sécheresse. En fait, il évoque une île qui tente de retrouver le chemin de son émancipation, à travers son personnage principal, Alix.

    Mais Maudit ! n'est pas un film politique. Le scénario flirte avec le genre fantastique, voire l'épouvante. Naturellement, le projet se heurte à une pénurie de moyens évidente, offrant des séquences de tueries, au risque parfois du grotesque, avec ces morceaux de corps ouverts, ces torses dégoulinants de sang, et ces ombres nocturnes qui flottent derrière les maisons. Emmanuel Parrraud met en scène un récit expérimental et horrifique. Il assume son point de vue, en jouant avec la musique inquiétante, la perte de repères historiques, et l'incise de représentations de la nature, tout autant nobles qu'inquiétantes. La force demeure du film demeure le choix délibéré du réalisateur de faire jouer ses comédiens en créole. La langue, entre le français, le patois et le malgache, porte en elle les tourments de toute une île, la Réunion, qui doit composer avec son passé colonialiste, sa dépendance économique à la métropole et sa difficulté à s'extraire des relents esclavagistes qui ont traumatisé les terres.

    La scène emblématique de Maudit ! demeure celle où un groupe de touristes fait la rencontre d'Alix : un directeur de musée peu scrupuleux lui a demandé qu'il intègre un mémorial sur l'esclavage à la Réunion, comme modèle vivant. Les visiteurs occidentaux confient, avec toute la bienveillance ethnocentriste qu'on peut attendre d'eux, leurs émois de trouver l'insulaire qui joue le rôle d'œuvre. Alix, tout aussi débonnaire qu'aventureux, les invite à prendre sa place, et de l'effroi humaniste des touristes surgit la colère. Cette séquence raconte en réalité la difficulté vécue par un territoire, qui cherche à s'émanciper de sa relation avec l'Occident, se libérer d'un passé complexe et esclavagiste, pour trouver à travers ses habitants la place identitaire qu'elle mérite. Le film alors verse dans la tentation du radicalisme, comme si la tuerie sauvage était la seule réponse à cette histoire chaotique. Les insulaires ne parviennent pas à obtenir des poste de travail dignes, la machinerie économique semble encore aux mains des exilés de la métropole, et les habitants peinent à survivre. Le long-métrage pose de vraies questions sur notre rapport ambigu à l'histoire de nos départements d'outre-mer, où l'esclavagisme a détruit nombre de familles. La dimension politique et sociologique prend vite le pas sur le récit fantastique, mettant les personnages en obligation de se positionner par rapport à l'impérialisme français qui continue de hanter l'île. En ce sens, Maudit ! est un film risqué, absolument pas banal : il documente les situations sociales et psychologiques des personnes qui y vivent.