Sac la mort

10/05/2019

Un court-métrage entièrement tourné en créole réunionnais et présenté au Festival de Cannes 2018. Ce n'est pas tous les jours que ça arrive. Emmanuel Parraud l'a fait ! Sac la mort est une fiction qui raconte l'histoire de Patrice, un homme qui se dit victime d'une malédiction.

Il aurait marché sur un "sac la mort", un sac rempli de choses bizarres que l'on trouve à la croisée des chemins. Et depuis, le mauvais œil et le malheur restent collés à lui.

Patrice a assisté à la mort de son frère et bien qu'il connaisse le meurtrier, ne peut rien faire pour le venger. Il a ensuite été mis à la porte par son meilleur ami. Les malheurs s'enchaînent pour le pauvre Patrice...

Pour ce premier film tourné entièrement en créole réunionnais, Emmanuel Parraud a fait appel à des acteurs locaux. Certains, comme Martine Talbot, ne s'étaient jamais retrouvés devant une caméra et ont ainsi fait leurs armes. Le court-métrage, sélectionné au Festival de Cannes en 2018, a été projeté dans les salles de l'île. Rencontre avec un réalisateur de talent, et avec Martine Talbot, l'actrice principale de Sac la mort.

La Réunion m'a envouté
Emmanuel Parraud

"L'émotion, c'est quelque chose de très fort dans un film. Et à La Réunion, les gens sont remplis d'émotions, j'aime tourner dans votre île." Cela fait 22 ans qu'il est réalisateur. Lui qui a découvert La Réunion par hasard il y a 13 ans, en est tombé fou amoureux. "Les Réunionnais sont en permanence dans l'émotion. Et cela a changé ma vision du cinéma. J'aime la culture et les croyances de l'île. Je voulais partager tout ça et faire comprendre au grand public l'importance des croyances populaires. D'autant que j'ai rencontré deux hommes hors du commun, Charles-Henri et Patrice. C'était il y a six ans,

J'étais venu à La Réunion pour des repérages et je m'étais perdu avec mon équipe. Nous sommes tombés sur un groupe qui faisait à manger sur un feu de bois installé au fond d'un jardin. Nous avons entamé la discussion et avons passé l'après-midi ensemble. Patrice et Charles-Henri m'ont impressionné par leur simplicité, leur façon d'appréhender la vie. Simples et touchants, ce sont les mots qui les qualifient le mieux. J'ai voulu faire un film qui corresponde à l'image de Patrice. C'est un hommage que je lui rends dans Sac la mort. C'est ma façon de respecter ses croyances, sa façon de vivre " confie-t-il.

"Dans ce film, les acteurs ne sont pas tous des professionnels. C'était ce que je voulais. Car des acteurs qui ne sont pas des professionnels sont plus naturels dans certaines scènes. Pour leurs textes, ils avaient quasiment carte blanche. Je leur expliquais ce que je voulais et ils l'exprimaient à leur façon. Ça a été une aventure inoubliable. Les Réunionnais m'ont touché par leur simplicité, leur façon de vivre. Chez vous, tout le monde se mélange. La Réunion est intense. Tout y est plus fort. C'est sûr que j'ai envie de tourner un autre film ici.

 C'est d'ailleurs dans les tuyaux, et ce sera une comédie. Cette expérience était remplie d'émotions du début à la fin, et le meilleur souvenir que j'ai gardé, c'est celui de Patrice qui m'a confié sur le dernier jour de tournage que tourner devant la caméra lui avait ôté l'envie de boire de l'alcool. J'ai réalisé que "Écoute Emmanuel, avec ton film j'ai découvert que j'avais plus de plaisir à jouer qu'à boire." ça a été une très grande satisfaction et c'est vraiment le meilleur souvenir que je garde de ce tournage et de mes deux amis."

Je le referais sans hésiter
Martine Talbot

Elle ne savait même pas ce qu'est un sac la mort, un sac de sorcellerie. C'est Emmanuel qui le lui a appris. Mais elle a joué le jeu, elle n'a même pas tremblé devant la caméra. "J'ai foncé et comme je suis une perfectionniste, je ne m'arrêtais que quand Emmanuel me disait que le prise était bonne. C'est une aventure, une expérience qui m'a enchantée. Emmanuel nous a fait confiance. Nous avions la possibilité d'improviser dans le film. Il me donnait mon texte qui était composé seulement de mots-clés et j'arrangeais à ma manière. Je m'appropriais mon texte en quelque sorte. Et même si j'ai porté la même tenue tout le long du film, j'en ressors fière de me savoir capable de tourner dans un film. C'est par hasard que j'y suis arrivée et je dois reconnaître que j'ai adoré tourner."

De retour dans la vraie vie, loin de son personnage dans le film, Martine Talbot, l'actrice principale de Sac la mort ne boude pas son plaisir : "Tout le monde n'a pas la chance de voir son film projeté au Festival de Cannes devant les grandes stars." Martine a découvert le métier d'actrice à travers cette première expérience. Et elle a passé l'épreuve avec maestria. Elle qui avait répondu à une annonce à Pôle Emploi "pour voir comment c'était ", en redemande. "Je ne savais pas vraiment ce que les acteurs font sur un plateau. Tout était nouveau pour moi. Par exemple, le film ne se tourne pas comme on le voit sur grand écran. Les scènes sont tournées dans le désordre. Il faut souvent changer de place à cause de la luminosité, rectifier sa position pour que ça fasse plus naturel.."

Marie (Martine Talbot)
Marie (Martine Talbot)

Je joue Marie, l'ex fiancée de Patrice qui s'est mariée ensuite au maire de la commune. J'ai beaucoup appris. J'ai découvert certains coins de l'île que je ne connaissais pas, comme le quartier de Barrage à la Saline-Les-Hauts. j'ai aussi rencontré des personnes formidables. Lorsque l'avant-première a été projetée, je ne me suis pas reconnue. Au début je me trouvais bizarre.

J'avais l'impression d'être quelqu'un d'autre, mais finalement, j'ai trouvé que je me fondais bien dans le film. Et sans hésiter, je dirais oui si on me proposait un nouveau rôle. J'aurais pu avoir la grosse tête, mais je suis restée la même. Il faut vivre sa vie à fond et saisir sa chance quand elle se présente et je serai prête à signer sans hésiter». La jeune actrice ne compte pas en rester là et poursuivre sa carrière.

Emmanuel Parraud, Martine Talbot et Patrice Planesse.
Emmanuel Parraud, Martine Talbot et Patrice Planesse.

Il se murmure que Martine Talbot pourrait jouer dans un nouveau court-métrage. Les négociations auraient déjà commencé.