Un doodle en l'honneur de l'intellectuelle martiniquaise Paulette Nardal

12/10/2021

Ce mardi 12 octobre, en consacrant son doodle du jour à l'intellectuelle martiniquaise Paulette Nardal, le moteur de recherche Google expose le talent de l'illustratrice Jessica Coppet aux yeux du monde.

Un doodle est une manière de célébrer un événement ou de rendre hommage à une personne par la transformation d'un logo. C'est ainsi qu'à l'occasion du 125e anniversaire de la naissance de Paulette Nardal, Google lui consacre son doodle du jour. Et l'hommage est double ! En effet, à travers l'œuvre utilisée, Google expose le talent d'illustratrice de Jessica Coppet, une martiniquaise installée à Melbourne en Australie, sur sa page d'accueil visitée par le monde entier. Un hommage qui aurait certainement plu à la défenseuse des droits des femmes qu'était Paulette Nardal.

Inspiratrice du courant de la négritude, Paulette Nardal, de son vrai Félix Jeanne Paule Nardal, est née le 12 octobre 1996 au François, en Martinique. En 1920, Paulette et sa sœur Jane sont les premières femmes noires a être acceptées à la Sorbonne, Militantes dans l'âme, les sœurs Nardal tiennent un salon littéraire chez elles, favorisant ainsi les débats d'idées entre les écrivains, les intellectuels, les défenseurs des droits des femme, et les activistes de la cause noire. Les plumes de la Negro-Renaissance que sont écrivains et poètes afro-américains, caribéens, africains de la diaspora s'y côtoient, notamment Aimé Césaire et son épouse, Suzanne, Marcus Garvey, Claude Mac Kay, Félix Eboué, Léopold Sédar Senghor pour ne citer qu'eux.

Paulette devient ensuite journaliste à la "Dépêche africaine" avant de co-fonder "La Revue du monde noir" avec les écrivains haïtien Léo Sajous et guyanais René Maran, en 1931. Après une brèves période dans le monde politique en France, au Sénégal et aux États-Unis, Paulette tente de rentrer en Martinique en pleine Seconde guerre mondiale.

Gravement blessée lors de l'attaque de son bateau coulé par un sous-marin allemand, Paulette reste handicapée et ne peut retrouver sa terre martiniquaise que près d'un an plus tard. La militante y fonde un second salon littéraire et donne des cours d'anglais aux dissidents décidés à rejoindre la France libre. A la fin de la guerre, elle s'évertue à inciter les Martiniquaises à exercer leur droit de vote fraîchement acquis.

Au crépuscule de sa vie, Paulette marque la musique de son empreinte en créant une chorale et rédige un historique de l'évolution de la musique traditionnelle martiniquaise. Faite Officier des Palmes académiques et Chevalier de la Légion d'honneur, elle reçoit le tire de Commandeur de l'Ordre National de la République du Sénégal de Léopold Sédar Senghor. À Fort-de-France, une place porte son nom. La mairie de Paris l'honore en 2019, en baptisant une promenade à son nom en présence de sa nièce, la cantatrice Christiane Eda-Pierre. Paulette Nardal a été toute sa vie une dame d'action.