L'artisanat : une tradition    à dimension identitaire et culturelle

13/05/2019

Les territoires d'Outremer ont une profonde tradition artisanale. En effet, la dimension culturelle de cette tradition provient de l'attachement des Ultramarins à faire perdurer leurs cultures au travers du savoir-faire transmis de génération en génération.

De l'Atlantique au Pacifique en passant par la Caraïbe et l'Océan Indien, le travail du bois, de la pierre, la vannerie, le tressage et autre confection de tenues typiques sont les fleurons de ces héritages culturels.

Sculptures en pierre et en bois, meubles en bois, objets de décoration, vaisselle faite main, bijoux, produits tressés, pierres et nacres travaillées, tissus, articles en vannerie, les initiatives ne manquent pas !

Dans les familles réunionnaises, on trouve quasi systématiquement un pilon. Provenant d'une tradition, datant de l'esclavage, cet ustensile façonné dans la pierre a longtemps été le cadeau offert aux jeunes mariés symbolisant le souhait que leur mariage soit aussi solide et durable. Encore aujourd’hui, il est fabriqué à la main. Les sacs en vacoa tressé, prisés par les touristes, font partie de la vie courante locale.

Aux Antilles perdure une tradition appelée "attaché tête" également héritée de l'esclavage. Pour s'en confectionner des coiffes, les esclaves utilisaient les chutes de tissu madras ramené d'Inde par les navires marchands et utilisé pour les robes des épouses des maîtres. Aujourd'hui, les tenues typiques sont confectionnées dans du tissu madras agrémentées de dentelles.

En Polynésie, tandis que la sculpture est un des domaines de prédilection des hommes, les femmes excellent dans la confection en fibre végétale d'objets de décorations, et autres paniers, ou chapeaux. Le tapa, étoffe réalisée à partir d'écorce d'arbre, est aussi un article phare de l'artisanat polynésien.

Aujourd'hui, l'artisanat est un véritable secteur de l'économie ultramarine. En effet, dans les territoires ultramarins, ce pan important du tissu économique local regroupe plus de 30 000 entreprises dont l'activité de production et de services se développe à partir d'un capital et d'une main d'œuvre d'origine locale.

A l'instar de l'Hexagone, l'artisanat est la première source d'emplois en Outremer. Chaque année plus de 5 000 apprentis sont formés et concourent au rajeunissement, à la modernisation, au développement et la perpétuation de la tradition artisanale.

Dans cette transmission de connaissances, les artisans intègrent une large part de savoir-faire traditionnel issu des cultures locales. Cependant, face à la demande de plus en plus minutieuse et variée, les artisans conjuguent passé et avenir en intégrant l'usage de techniques modernes.

Dans la plupart des territoires, l'artisanat et les petites entreprises sont reconnus comme un des facteurs clés du développement.

Photos : Pixabay