Violette Garryer, tresseuse de paille de chouchou : un savoir transmis de mère en fille

03/06/2019

Le tressage de la paille de chouchou revient au goût du jour dans le cirque de Salazie, à La Réunion. En effet, les jeunes commencent à s'intéresser à cet art qui date de bien longtemps.

Un magnifique bouquet de mariée réalisé en paille de chouchou
Un magnifique bouquet de mariée réalisé en paille de chouchou
De gauche à droite Violette, Denise, Roselyne et Marcel
De gauche à droite Violette, Denise, Roselyne et Marcel

Saviez-vous que c'est à partir de la liane que se prépare la paille de chouchou ? Le procédé est simple. La tige est raclée à l'aide d'un couteau pour enlever toute la sève, ce qui la fait rapidement devenir blanche, Elle est ensuite rincée à l'eau froide et après un séchage à l'ombre, on obtient la paille qui peut être travaillée et devenir chapeaux, étuis pour téléphones portables et même boucles d'oreilles originales.

Mais avant d'arriver à ce résultat, il ne faut pas ménager ses efforts. « C'est assez minutieux, mais le résultat est une vraie récompense».

Violette Garryer s'est mise au tressage un peu par hasard, elle s'ennuyait après le décès de sa maman, ses trois enfants avaient quitté le nid et elle se retrouvait donc toute seule dans sa grande case de Mare à Poule d'Eau, à Salazie.

Pour occuper ses journées, elle décide de refaire des chapeaux en paille de chouchou, à partir du savoir que lui a transmis sa mère. C'était il y a 12 ans, depuis la petite association a su se faire connaître. Et c'est toute une bande de copains du village qui se réunissent une fois par semaine pour redonner ses lettres de noblesse à la liane emblématique du cirque de Salazie.

Violette ne compte pas s'arrêter là, elle donnera bientôt des cours de tressage aux jeunes de Salazie, pour que la tradition ne se perde pas. Dans l'association, chacun a sa tâche bien définie, Marcel est chargé de nettoyer minutieusement la tige de chouchou, sa technique est assez originale, il pose sa tige sur une vieille savate afin que la tige ne casse pas. Roselyne fabrique colliers, boucles d'oreilles et bracelets. Denise, elle, sa spécialité, c'est le calibrage, il ne faut rien laisser au hasard. En bout de table, Violette se charge de la finition.

"Nous avons beaucoup de commandes grâce au bouche à oreille, dernièrement, nous avons réalisé une commande pour une personnalité de l'Est pour le 14 juillet. Un chapeau et une belle ceinture. Nous sommes vraiment fiers de voir notre travail reconnu. Notre équipe est formidable et on s'amuse bien, pour aller chercher les tiges de chouchou sur le bord de la Mare à Poule d'Eau, chacun emmène un cari, et on pique nique sur place, on joint l'utile à l'agréable quoi."

Il faut 40 heures pour monter un chapeau, avec quand même des pauses pour ménager son dos et ses yeux, notez qu'il ne faut surtout pas le laisser se mouiller, sinon il moisira et ne sera plus récupérable.

Et si on en prend soin, un chapeau en paille chouchou bien entretenu peut durer plus de 10 ans !

Photos : © Les Ultramarins