Bienvenue à Wallis et Futuna

Vous êtes ici > Les Outremers > Wallis et Futuna 

Découvrez Wallis et Futuna

Les îles Wallis et Futuna sont le territoire français le plus éloigné. Elles se trouvent à 16 000 kilomètres de l'Hexagone, à 1 871 kilomètres de la Nouvelle-Calédonie, et à 2 891 kilomètres  de Tahiti. Wallis et Futuna sont en réalité composées de trois îles : Wallis, d'une superficie de 75,64 kilomètres carrés, Futuna, 46,28 kilomètres carrés, et Alofi 17,78 kilomètres carrés.

Elles se trouvent dans l'Océan Pacifique occidental, en Océanie lointaine, c'est-à-dire où l'on ne peut parvenir par mer qu'en perdant les terres de vue. Au total, les trois îles ont une superficie de 124, 2 kilomètres carrés, à peine plus que Paris.

Les districts et les villages

La collectivité de Wallis et Futuna est divisée en trois royaumes coutumiers, Alo, Sigave et Uvea, puis en districts, et enfin en villages. 36 villages sont répertoriés, ils n'ont pas le statut de commune. Le chef-lieu est Mata Utu, et l'on peut découvrir l'univers de ses districts et de ses villages en cliquant sur leur lien...


Les districts | Hihifo | Hahake | Mu'a |

Les villages | Alele | Vaitupu | Mala'e| Vailala | Tufu'one | Mata Utu | Liku | Falaleu | Aka'aka | Ahoa | Ha'afuasia | Utufua | Halalo | Vaimalau | Lavegahau | Te'esi | Mala'efo'ou  | Gahi | Tepa | Ha'atofo | Kolopopo | Ono | Taoa | Kolia | Vele | Poi | Mala'e | Tamana | Tuatafa | Alofitai | Leava | Toloke /Nuku | Fiua | Vaisei | Tavai

Wallis, les îles du Nord
Wallis, les îles du Nord

Géographie

Wallis et Futuna sont des îles au relief volcanique et aux côtes très découpées. Protégées par une ceinture de récif, elles sont difficiles d'accès par la mer, sauf Futuna, qui possède une baie d'ancrage. Wallis et Futuna possèdent 106 kilomètres de côtes au total. Le territoire est composé de deux archipels : celui de Wallis, et celui de Futuna, distants d'environ 200 kilomètres.

Les îles Wallis, situées au nord-est, sont composées d'une île principale, Uvéa, et de plusieurs îlots coralliens. C'est un ancien volcan qui a commencé à s'enfoncer, laissant ainsi apparaître un récif corallien et un lagon ouvert sur l'océan. Son point culminant, le mont Lulu, est peu élevé, seulement 151 mètres. L'île est ponctuée de lacs de cratère, le plus grand est le lac Lalolalo, qui constituent de précieuses réserves d'eau douce pour l'île. Le lac Lanutavake et le lac Lano sont également importants.

Les îles Horn, situées au sud-ouest, sont composées de deux îles principales : l'île de Futuna et l'île d'Alofi, plus petite, au relief plus accidenté, plus élevé et ne comportant pas de récif corallien. Elles sont ouvertes sur l'océan Pacifique. Leur existence est liée à une activité volcanique plus récente. Leur point culminant, le mont Puke, sur Futuna, est à 522 mètres environ. Elles sont traversées de ruisseaux qui leur apportent de l'eau douce. Futuna est ceinturée de récifs. Les habitants de Wallis et Futuna sont les Wallis et Futuniens. Mata-Utu, le chef-lieu, est situé sur l'île de Wallis.

Wallis et Futuna est un territoire préservé, ce qui en fait un lieu idéal pour le développement des espèces. À Wallis, La flore marine est constituée de 176 espèces d'algues, et d'au moins 639 espèces de poissons littoraux. Les coraux comprennent 189 espèces.

Climat

Le climat de Wallis et Futuna est tropical, de type équatorial. Il fait en moyenne chaud et humide toute l'année, avec une température de l'air et de la mer légèrement plus élevées.

Les îles connaissent une période plus chaude et étouffante de novembre à avril, et une période un peu plus fraîche de mai à octobre. Les pluies sont abondantes, elles sont supérieures à 3 000 millimètres par an.

On distingue deux saisons : la saison chaude dure d'octobre à avril, avec des températures qui dépassent les 30 degrés, c'est également la saison des pluies et des cyclones, une période à l'atmosphère lourde et quelquefois étouffante. Les cyclones se forment généralement de novembre à la mi-mai, bien qu'ils soient plus probables de la fin décembre à début avril. La saison sèche commence au mois de mars et se termine au mois d'octobre. Les températures y sont plus fraîches.

Histoire

Les îles Wallis et Futuna ont commencé à être peuplées aux environs du premier millénaire avant Jésus-Christ, par des austronésiens de la civilisation Lapita. Ces peuples, venus d'Asie du Sud-est, se sont installés principalement en bord de mer.

Les îles Uvea, Wallis) et Futuna, font ensuite partie de la Polynésie ancestrale jusqu'aux premiers siècles après Jésus-Christ : il s'agit du foyer originel des polynésiens, les Hawaiki, qui partagent une langue et une culture commune.

Par la suite, une différenciation s'opère entre ces îles : chacune d'entre elles développe une langue, une culture et une organisation sociale spécifique, mais qui restent intégrées au sein d'un grand réseau insulaire avec les archipels voisins, les îles Tonga, Samoa, Fidji, Tokelau, Tuvalu. Wallis est conquise par les Tongiens, qui laissent une influence durable dans la société wallisienne, tandis que Futuna, plus isolée, résiste mieux aux envahisseurs tongiens et préserve ses relations avec Samoa.

De par leur isolement, Wallis et Futuna sont relativement à l'écart des invasions occidentales. Les premiers contacts avec les Européens ont lieu au dix-septième et au dix-huitième siècle, c'est à cette période que Wallis et Futuna sont converties au catholicisme par des missionnaires français. Les îles voisines Futuna et Alofi ont été découvertes par deux navigateurs hollandais, Willem Schouten et Jacob Le Maire, en 1616. Ils leur ont donné le nom d'"îles de Horn", du nom de leur port d'attache. Ces deux îles, au relief volcanique et aux côtes très découpées, sont protégées par une ceinture de récifs coralliens, et difficiles d'accès par la mer. L'île de Wallis, (ou Uvéa) a été découverte par le capitaine anglais Samuel Wallis, en 1766. Louis-Antoine de Bougainville est le premier Français à visiter l'archipel, en 1768, navigateur et explorateur, il effectuait alors le premier tour du monde français.

A partir de cette époque, les deux îles sont regroupés ensemble, et coupées des archipels voisins.

Elles deviennent un protectorat français en 1887, sur demande des missionnaires mais également sur demande des rois des deux îles. Des îles qui ne sont pas pour autant colonisées, à proprement parler. Depuis cette période, l'équilibre du pouvoir entre la chefferie coutumière, l'église catholique et l'État français est fragile.

Durant la seconde guerre mondiale, Wallis est une base militaire américaine. En 1961, Wallis-et-Futuna devient un territoire d'outre-mer français par référendum. Une émigration de masse se développe alors vers la Nouvelle-Calédonie, résultant en une diaspora wallisienne et futunienne trois à quatre fois plus nombreuses que dans les deux îles d'origine.

Administration

L'État français est représenté à Wallis et Futuna par un administrateur supérieur, nommé par décret en conseil des ministres. L'administrateur supérieur est également « chef du territoire » : à la différence des autres collectivités territoriales, le pouvoir exécutif est assuré par le représentant de l'État, et non par un président élu. L'administrateur supérieur est assisté dans ses fonctions par un conseil territorial qu'il préside, composé des trois rois traditionnels et de trois membres nommés par l'administrateur supérieur, avec l'approbation de l'assemblée territoriale.

Population

En 2018, la population des îles Wallis et Futuna était de 11 562 habitants permanents. La population se répartit comme suit : 8701 habitants à Wallis, et 3366 à Futuna. La population est en baisse. Le territoire a perdu 29 % de sa population entre 2003 et 2018.

Beaucoup de jeunes vont faire leurs études en France métropolitaine, en Polynésie ou en Nouvelle-Calédonie, et restent sur place pour trouver ensuite du travail. La quasi-totalité des habitants sont d'origine polynésienne et de confession catholique.

Économie

L'économie de Wallis et Futuna est restée traditionnelle. L'activité se focalise sur l'agriculture, le BTP et le commerce, cependant, les ressources du territoire sont pour l'essentiel, constituées de recettes douanières. Les exportations sont quasiment inexistantes, du fait de l'éloignement du territoire.

L'artisanat constitue la principale source de revenus des familles. Il est pratiqué pour l'essentiel par les femmes. Elles confectionnent des tapas, toile faite d'écorce de mûrier tropical, des nattes en feuilles de pandanus tressées, des colliers de coquillage, des lances de guerre barbelées, des cases têtes, des pirogues, des tenues traditionnelles, par exemple. L'artisanat regroupe des activités très diverses : la mécanique, la construction, le textile, la menuiserie, l'agroalimentaire, essentiellement la boulangerie-pâtisserie et la pêche, ou encore l'édition et l'imprimerie. Ce secteur est constitué d'un tissu de petites entreprises, souvent unipersonnelles, ce qui n'a qu'un faible impact sur l'emploi salarié. Autre important secteur d'activité, celui de la pêche. Toutefois, elle reste artisanale, destinée à la consommation des familles. L'autoconsommation est deux fois plus élevée à Wallis et-Futuna, que dans l'Hexagone.

Le secteur du commerce a une place importante dans l'activité économique de Wallis et Futuna en raison du poids des importations dans l'économie locale. Un tiers des entreprises patentées du Territoire se consacrent à des activités commerciales, commerce de gros et de détail, dont 4 supermarchés à Wallis et un à Futuna. Le secteur commercial emploie 13,1% des salariés déclarés et 22,9% des effectifs du seul secteur privé. L'économie wallisienne et futunienne est entièrement orientée vers la satisfaction de la demande intérieure, ce qui explique la prépondérance de ce secteur en terme d'emploi, dans le secteur privé.

Artisanat wallisien
Artisanat wallisien
Pécheur wallisien
Pécheur wallisien

Tourisme

Le tourisme est une activité quasi inexistante à Wallis et Futuna, malgré le fort potentiel exploitable du territoire. Il possède en effet : un climat idéal, des îlots, des fonds marins et une culture traditionnelle très riche. Le développement de la filière est limité par de lourds handicaps, comme par exemple, le coût élevé du transport, l'isolement des îles et leur éloignement des marchés touristiques potentiels. On peut aussi citer l'absence de cadre juridique, relatif à la propriété foncière, ce qui empêche les investisseurs extérieurs ou les opérateurs spécialisés de s'implanter.

Par ailleurs, Wallis et Futuna souffre d'un manque d'infrastructures flagrant, les prix sont élevés, puisque liés à l'indexation du coût de la vie. Toutes ces contraintes rendent le Territoire de Wallis et Futuna peu compétitif, face à l'attractivité des autres destinations du Pacifique, comme Tahiti, Bora Bora et le Vanuatu, qui sont plus faciles d'accès, moins chères et offrent des infrastructures adaptées aux visiteurs. L'activité touristique à Wallis et Futuna reste donc marginale et la clientèle extérieure, essentiellement constituée de professionnels et de visiteurs familiaux, ne permet pas de développer une offre hôtelière significative, ni d'élargir la gamme des prestations touristiques, qui est relativement limitée.

Lac Lalolalo à Mua
Lac Lalolalo à Mua
Alo, Poi (Futuna)
Alo, Poi (Futuna)

Infos pratiques

A Wallis et Futuna, le secteur des transports couvre avant tout le transport aérien et maritime. Le seul réseau de transport en commun existant sur le Territoire est organisé en faveur des lycéens et collégiens.

Le territoire est équipé du Haut Débit depuis 2018.

Décalage horaire

Wallis et Futuna est en avance de 10 heures sur Paris. Il n'y a pas d'heure d'été. Par exemple, quand il est à 00h02 à Wallis et Futuna un dimanche, à Paris, c'est samedi, et il est 14h02.

Téléphone

Pour appeler à Wallis et Futuna, l'indicatif est le +681, suivi du numéro à appeler.

Monnaie - Banques

La monnaie utilisée à Wallis et Futuna est le Franc Pacifique, 1 franc CFP équivaut à 0,01 Euro

La Banque de Wallis et Futuna, BWF, est une filiale de BNP Paribas Nouvelle Calédonie. Elle est située à Wallis, et possède une antenne à Futuna, cette antenne est ouverte deux à trois jours par mois. Par ailleurs, les îles sont équipées de deux distributeurs automatiques de billets. Depuis 2013, un centre des finances publiques, CfiP, permet aux détenteurs de comptes résidant à Futuna d'accéder à une offre de services plus importante et qualitative, et en temps réel. Le CFiP est rattaché à la Direction des finances publiques de Wallis.

Électricité

La régie d'eau et d'électricité est la EEWF, qui signifie Eau et Électricité de Wallis et Futuna. Cette entreprise est une filiale d'Eau et Electricité de Nouvelle-Calédonie (EEC), elle-même filiale de GDF-Suez.

Animaux domestiques

L'importation des animaux à Wallis et Futuna, est soumise à un protocole de vaccination :

Pour les chiens : rage, maladie de carré, hépatite de rubarth, parvovirose, para influenza, pordetella brochiseptica

Pour les chats : rage, coryza (calicivirose et rhinothrachéite virale), panleucopénie infectieuse, chlamydiose

Le vaccin anti rabique doit avoir été effectué moins de trois mois avant le départ

Enseignement

Le territoire compte 15 écoles élémentaires et/ou primaires, dont 6 à Futuna, 6 collèges, dont 2 à Futuna, et 2 lycées, implantés à Wallis : 1 lycée d'enseignement général et 1 lycée agricole.